AU BORD DU CHEMIN, co-réalisation compagnie Wejna / Sylvie Pabiot

Clotilde Amprimoz rencontre la compagnie Wejna en 2009 sur le spectacle Rézo et se sent tout de suite en connivence avec le travail et la démarche de Sylvie Pabiot, débutant ainsi une collaboration qui se renforcera au fil des années et des créations de Wejna. Elles émettent l'envie dès 2011 de mener un projet vidéo-chorégraphique en lien avec leurs préoccupations artistiques et politiques ; elles choisissent la ville d'Aurillac et le thème de la précarité pour planifier en 2013 cette création commune.

Au bord du chemin est un prolongement logique du projet Homo Laborans ; dans Homo Laborans Clotilde a travaillé à partir du printemps 2012 à Clermont-Ferrand avec des travailleurs municipaux de la voirie. Ce projet vidéo-danse parle de ces personnes « invisibles » et pourtant en permanence présentes dans le paysage quotidien de nos villes. Dans le premier, la problématique du travail et de la répétition des mêmes gestes est abordée pour revenir à une personne, son humanité et la poétique que peuvent apporter la danse et la musique à ces portraits de travailleurs « ordinaires », souvent ignorés voire dénigrés. Dans le second, l'absence de travail et la précarité des personnes choisies radicalisent un peu plus la démarche de l'artiste tout en s'inscrivant dans la même envie de rendre visible une poétique ordinaire et sociale invisible car « au bord du chemin », là où on ne prend pas assez le temps de s'arrêter pour observer et comprendre ce que nos concitoyens traversent.

Les films-portraits réalisés (3 exemples)